2. Croatie

Nous entrons en Croatie par l’Istrie qui est la plus grande péninsule du pays. Dans l’histoire, cette région a souvent fait partie de l’Italie, d’où les ressemblances culturelles telles que la gastronomie. Cette région produit beaucoup de miel, d’huile d’olive et de vin, mais sans nul doute son produit le plus recherché est la truffe. La plus chère se trouve justement en ces lieux : la truffe blanche.

Ce champignon blanc qui pousse sous terre est une spécialité d’Istrie. Elle se cherche entre octobre et décembre à l’aide d’un chien ou d’un cochon, contrairement à sa cousine la truffe noire que l’on trouve sur une période plus longue entre mars et novembre. La truffe blanche a un gout beaucoup plus prononcé et elle est plus rare que la truffe noire donc beaucoup plus chère. En 1999, la plus grosse truffe du monde a été découverte en Istrie, elle pesait 1.310 kg.

Pâtes aux truffes

Une des spécialités culinaires de l’Istrie est les pâtes aux truffes (noires pour le porte-monnaie). C’est très bon !

2. Croatie
Itinéraire de Groznjan (Istrie) à Cilipi (Dalmatie).

Nous allons particulièrement nous intéresser aux villages de cette région qui ont pour certains des spécificités, en plus de leur charme bucolique et paisible.

Groznjan

Le premier est Groznjan, un petit village médiéval traditionnel perché sur une colline, réputé depuis les années 1960 pour son regroupement d’artistes (écrivains, comédiens, musiciens, danseurs…) et ses nombreuses galeries d’art.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hum

Hum s’enorgueillit d’être la plus petite ville du monde. Vous me direz comment ce hameau de quelques maisons peut-il être considéré comme une ville ? Selon une légende, elle aurait été érigée par des géants. Par son histoire médiévale, elle avait son propre château, ses propres vassaux, son système municipal et ses soldats.

Mais cette petite ville n’a pas fini de nous surprendre, une petite découverte nous attarde sur les  lieux. C’était l’un des centres de l’écriture glagolitique qui est le plus ancien alphabet slave (IXe siècle) qui constitue la base de l’alphabet cyrillique avec l’alphabet grec.

Beram

Beram était lui aussi un des centres médiévaux les plus importants de l’alphabétisation du glagolitique. De toute l’Istrie y venaient des étudiants pour s’imprégner des enseignements avec les prêtres. Nous visitons une petite chapelle encore recouverte de fresques datant du XVe siècle et à certains endroits l’on peut remarquer des graffitis en glagolitique. L’une des fresques les plus célèbres est la danse des morts qui montre l’égalité des hommes face à la mort malgré leur statut social de leur vivant.

Nous trouvons sur notre chemin, dans les champs, des Kazun, petites bâtisses de pierre qui servent à abriter les bergers lors des tempêtes ou encore à ranger les outils agricoles. La plupart du temps de forme circulaire et construit dans la technique des pierres sèches, tout de blanc vêtu, ils pointent le bout de leur crête au milieu de la verdure.

Nous décidons de rester un peu plus à Beram pour assister à une petite fête de village et à un spectacle folklorique où sont majoritairement représentés des groupes d’Istrie, ce qui nous permet d’admirer les costumes populaires assez différents du pays et d’avoir une première approche de la danse croate.

Île de Pag

C’est le moment pour nous de quitter l’Istrie pour la Dalmatie, plus au sud. En chemin nous prenons le ferry pour nous rendre sur l’île de Pag. Elle serait, selon les rumeurs, la partie émergée de l’Atlantide. De nombreuses reliques retrouvées au fond de l’eau pourraient donner du crédit à cette histoire. Pour autant, arrivés sur cette île, elle ressemble au premier abord à un désert de cailloux. Nous nous dirigeons directement vers Pag city où nous visitons le musée du sel à défaut de pouvoir entrer dans le musée de la dentelle, fermé. La dentelle de Pag est très connue et classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Split

À Split, nous sommes accueillis très chaleureusement. Notre famille d’accueil cherche vraiment à nous être le plus agréable possible. Apprenant que nous sommes intéressés par les traditions, elle en profite pour nous montrer sur Internet différents types de chants locaux tels que la Klapa qui est très réputée en Dalmatie. Ils nous proposent aussi de voir la préparation d’un repas traditionnel, Sarme, que nous partageons avec eux. Sarme peut s’appeler aussi Arambasi dans l’intérieur des terres. C’est une feuille de chou bouillie qui enveloppe de la viande hachée, du riz et des oignons. Des variantes de cette recette se retrouvent un peu partout de l’Arménie à la Slovénie. C’est certainement un met qui a été transmis et diffusé par l’Empire ottoman. Cet hiver, sous une forme un peu différente (plus petit et plus épicé) les Roumains avaient préparé le même plat pour Noël (Sarmale).

Dans leur garage, surprise, lorsque nous rentrons de balade de Split, ils étaient en train de faire du pain traditionnel au feu de bois sous des cloches en métal.

Nous assistons à une petite représentation de Klapa dans le palais de Dioclétien classé à l’UNESCO. C’est un type de chant, lui aussi classé à l’Unesco, qui est chanté a capella en général par des hommes. Le premier ténor lance le chant et les autres suivent pour exprimer leur humeur.

Quelques mètres plus loin, nous sommes absorbés par le musée ethnographique où nous passons plusieurs heures.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis nous dirigeons vers l’intérieur des terres, appelé la Dalmatie intérieure ou Zagora qui signifie « derrière la colline ». Il est vrai qu’après avoir fait une belle montée nous redescendons dans une grande vallée.

Sinj

Notre premier arrêt est Sinj, ville importante où les Ottomans ont été repoussés par une ultime bataille en 1715. Les habitants de la région en sont très fiers. Pour célébrer cette victoire, chaque année lors du premier weekend du mois d’août, ils ont une cérémonie traditionnelle avec un jeu équestre unique qui s’appelle Alka.

Sinjska Alka est une compétition traditionnelle de cavaliers qui se déroule le premier weekend du mois d’août. Elle est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2010. Elle date de plus de 300 ans (1715). Seuls les hommes qui sont nés dans la région de Sinj ont le droit de participer. Le terme alka du turco-arabe (halqa) qui signifie cercle, anneau viendrait de l’étrier. L’anneau  qui représente aussi la cible est composé de quatre parties qui valent un nombre de points différents. Les cavaliers appelés alkar ont pour objectif de se lancer au galop et à l’aide d’une lance de décrocher l’anneau de fer qui se situe à 3 mètres du sol dans le cercle central qui vaut 3 points. Chaque cavalier a le droit à trois passages et, bien sûr, le vainqueur est celui qui totalise le plus grand nombre de points.

Vrlika

Cette région ne finit pas de nous surprendre par ses trésors de traditions, notamment par notre arrêt suivant, le petit village de Vrlika. Il est très connu pour sa danse Niejmo Kolo, dite rondes silencieuses et son chant Ojkanje qui sont tous deux également inscrits sur la liste de l’UNESCO. Ne trouvant pas de point d’information, nous demandons sur notre chemin aux gens que nous croisons des informations sur ces danses. Très vite, nous trouvons des interlocuteurs qui nous mettent en contact avec le président de l’association, Nikola Uzuh qui nous raconte plus en détail la spécificité de ces danses et de sa pratique dans le village. Ces danses ont des variantes selon les villages, mais sont spécifiques à l’intérieur des terres de la Dalmatie. Aucun instrument de musique à l’horizon, seulement le bruit des pas qui crée le rythme. Il est possible lors des représentations aujourd’hui d’avoir des personnes en petits groupes à côté des danseurs qui chantent sur leur rythme.

C’est grâce aux efforts de Milan Begovic pour préservation de ces danses qu’elles nous sont parvenues ainsi jusqu’à aujourd’hui. Cet homme a donné son nom au groupe de danse du village qui date de 1964 et compte aujourd’hui à peu près quatre-vingts danseurs de tous les âges. Ils se représentent dans toute la Croatie en tant qu’amateurs. Ces danses font véritablement partie de la tradition et non du folklore. Elles sont dansées pendant les mariages de manière spontanée sans nécessité de costumes. Ces rondes sont sous forme de demi-cercles jamais fermés.

Le chant Ojkanje est la plus vieille forme de chant en Croatie. La technique vocale est créée par la gorge, appelée « iz grla ». Ce chant servait de moyen de communication et d’expression même dans la vie quotidienne.

Cilipi

Je m’arrête dans le village de Cilipi, après que Nathalie soit repartie en France, tout au sud avant de passer la frontière du Monténégro, pour visiter le musée ethnographique qui s’avère fermé. Pour autant, je prends le temps de visiter l’église Saint-Nicolas en face du musée. Elle n’a rien d’exceptionnel, mis à part le sens qu’elle prend lorsqu’une femme du village, Luce, vient m’apprendre son histoire. C’est la gorge nouée et le cœur serré qu’elle me raconte la destruction de l’église et de son village à 80 % pendant la guerre de 1992-95. Elle est chanteuse amatrice, je lui demande de bien vouloir me chanter un ou deux chants traditionnels de la région. Dans l’église, elle vend des objets artisanaux fabriqués par les femmes de la région qui ne sont plus capables de travailler après le traumatisme de la guerre. L’emblème phare de la région Kovalne est sa broderie très réputée.

Auteur : Florian Karoubi


Petite devinette :

Selon vous, à quoi sert cet objet ?

(la réponse dans le prochain article)

DSC02392

.

N.B: les photographies sont la propriété de Cultinera et toute reproduction est interdite sans autorisation préalable.

Publicités

3 réflexions sur “ 2. Croatie ”

  1. Bonjour. Ce compte rendu de voyage est très intéressant car il sort des sentiers battus par le tourisme ordinaire. Cependant, il gagnerait en réalité, si, une carte en précisait l’itinéraire.Certains noms de villages peuvent nous apparaître comme confidentiels

    J'aime

    1. Bonjour Jean-Claude,
      Merci pour votre commentaire et pour cette demande de carte, prévue mais retardée par notre volonté de vite partager nos découvertes… Voilà qui est rectifié !
      Bien à vous,
      L’équipe Cultinera

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s