6. Turquie

Edirne

Petite incursion en Turquie à Edirne. C’est le moment pour José de me rejoindre avant de m’accompagner dans l’expérience de la Bulgarie.

Une des cités les plus importantes de l’Empire ottoman au XVIe siècle, Edirne est la porte ouest de la Turquie. À la frontière avec la Grèce et la Bulgarie, elle est aussi appelée « ville de frontières » (City of Borderlands). Ville au centre de l’histoire, elle est considérée comme le lieu de naissance de la civilisation thrace. Elle est aussi appelée Hadrianopolis par les Grecs. Elle fut le centre de nombreux intérêts avec une riche vie économique et commerciale, c’est pour cela que l’Empire ottoman en a fait sa capitale et son centre culturel et scientifique pour un temps. On trouve encore aujourd’hui bon nombre de monuments à l’architecture ancienne : mosquées, caravansérail, bazar, medresa (école coranique), bains turcs datant du XIVe au XVIe siècle. Edirne est entourée de quatre rivières qui donnèrent l’occasion de construire de beaux ponts notamment pendant la période byzantine.

.

La Mosquée Selimiye (Camii) est construite au XVIe siècle par Mimar Sinan pour le successeur de Süleyman, Selim II. Elle est considérée comme l’une des plus belles de Turquie. Sobriété et symétrie parfaite sont de rigueur. Son énorme dôme surplombe la salle de prière à 43 mètres du sol avec un diamètre de 31 mètres de large. Il est bien plus gros que celui de Sainte-Sophie d’Istanbul. De précieux matériaux ont été utilisés pour sa construction comme le marbre de Marmara, le granit d’Égypte et la fameuse céramique d’Iznik dont une partie a été emmenée à Moscou pendant la guerre russo-ottomane de 1877-1878. Un bazar se trouve sous la mosquée.

.


Mimar Sinan (1489-1588)

Il est considéré comme le plus grand architecte de l’Empire ottoman. D’origine arménienne, il fut recruté pour étudier à la Palace School, en tant que devşirme, c’est-à-dire chrétien converti à l’Islam. Puis il joignit le prestigieux corps des janissaires pour remplir son devoir d’allégeance au sultan. Il intégra ensuite le corps des techniciens et devint chef architecte militaire.

Il a su créer un style particulier, à la croisée des influences orientales et occidentales, caractérisé par des formes arrondies et une grande place accordée à la lumière. Durant sa longue carrière, il a dessiné et fait construire 81 mosquées, 51 ponts, 35 bains turcs, 33 seraglis, 18 caravansérails, de nombreux aqueducs, des hôpitaux et des cantines publiques pour les pauvres. Un de ses chefs-d’oeuvre est la mosquée Selimiye.


.

L’ancien bazar et caravansérail Rüstem Pasha (du nom du grand vizir de Süleyman) fut transformé en maison de bain turc et en hôtel au second étage. C’est aussi une des œuvres de Sinan.

ancien bazar-caravanserail

.

Étonnante nous apparaît la Mosquée aux trois galeries, Mosquée Üs Sherefeli, construite au XVe siècle pour le sultan Murad II. Les minarets au nombre de trois arborent des motifs géométriques différents, spirales, zigzags… Dans le minaret qui a trois galeries se trouvent trois escaliers qui mènent à chacune des galeries.

.

Kirkpinar est le stade où se déroule la lutte à l’huile d’olive. À Edirne, une fois par an s’effectue un type de lutte assez particulier, classé au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Les lutteurs se vêtissent uniquement d’une culotte de cuir, de la taille au haut du mollet. Avant de commencer la lutte, ils s’enduisent d’huile d’olive de la tête aux pieds. Un combat peut durer jusqu’à deux heures. Il se clôture au son du zurna et du dayul. Le zurna est un instrument à vent ressemblant à la bombarde joué au centre de l’Eurasie, des Balkans à l’Asie centrale. Il s’accompagne habituellement du dayul en Anatolie, un type de tambour. Cette compétition attire chaque année, en juin, des milliers de spectateurs.

Kirkpinar signifie la « source des quarante » qui vient d’une légende tirée d’un fait historique du XIVe siècle. Selon cette légende, les quarante premiers lutteurs seraient venus en ce lieu et les deux plus forts auraient lutté pendant plus d’une journée sans vainqueur et moururent tous deux d’épuisement. Les autres lutteurs les enterrèrent l’un à côté de l’autre et de là jaillit une source.

Kirkpinar (2)
Les deux lutteurs les plus forts

.

En sortant du stade, un Turc nous montre la tour de justice, commanditée au XVIe siècle par Süleyman le magnifique et construite par Sinan. À cet endroit se rassemblait le conseil impérial. Selon notre interlocuteur local, c’est aussi là que le sultan décidait du sort des prisonniers et souvent il les condamnait à leur couper la tête et les exposer publiquement pour montrer l’exemple.

Tour de la Justice
Tour de justice

.

Nous visitons le musée d’art turc et islamique qui présente une partie ethnographique et une partie historique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Auteur : Florian Karoubi

.

N.B: les photographies sont la propriété de Cultinera et toute reproduction est interdite sans autorisation préalable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s