BREDLE ALSACIENS

Quand vient la fin de l’année, arrive une tradition commune aux pays germaniques et à de nombreuses autres régions du monde. Cette tradition consiste à préparer des assortiments de pâtisseries propres aux fêtes de fin d’année. Ces petits gâteaux et autres sablés auraient fait leur apparition en Europe médiévale de l’ouest au moment où furent introduits dans la cuisine des épices comme la cannelle, le gingembre et le poivre noir tout droit venus des Indes, ainsi que des fruits secs ou encore des fruits à coque comme les amandes. Concentrons-nous sur une des régions chérissant depuis des siècles cette tradition festive : l’Alsace et la Lorraine et leurs renommés bredle.

.

Définition :       

Les bredle comme on les appelle dans la région de Strasbourg et même, pour être plus précise, les Winachtsbredele (littéralement : « petits gâteaux de Noël ») sont des petits gâteaux cuisinés principalement durant la période de Noël. Les recettes sont également réadaptées à l’occasion d’autres fêtes religieuses comme Pâques ou la Saint-Nicolas lors desquelles les biscuits prennent des formes de personnages. Dans le Haut-Rhin, ces petits gâteaux de Noël sont appelés bredala ou en moindre mesure bredele et dans le Bas-Rhin et en Moselle, braedele. Le mot a fait son entrée en 2019 dans les dictionnaires Robert et Larousse avec la graphie bredele, ce qui a fait polémique au sein des linguistes alsaciens car il s’agit du langage des jeunes enfants– le mot bredele écrit comme tel signifiant alors « tout petit petit gâteau ».

La recette servant de base à toutes les variantes de bredle est composée de farine, de sucre, de jaune d’œuf et de beurre. A l’aide d’emporte-pièces, on donne aux bredle des formes évoquant Noël : des sapins, des bottes, des étoiles ou encore des bonhommes pain d’épices par exemple. Il s’agit d’une tradition familiale pour laquelle chaque recette est jalousement gardée, elles sont d’ailleurs la plupart du temps transmises oralement.

Tom Ipri_RecetteDeBaseBredele_CCbySA
Photo 1: Bredle sortant du four

.

Moment de la dégustation :

La préparation des bredle commence dès fin octobre – début novembre au moment du Altweibersommer (été indien). Cependant, la tradition veut que ces délicieux petits gâteaux ne soient pas mangés avant la veille de Noël. En attendant de pouvoir les déguster, les bredle sont stockés dans des boîtes en métal. Le jour venu, c’est Christkinde (alsacien : « l’Enfant Jésus ») qui apporte les gâteaux gardés soigneusement dans un coin de la maison, on ouvre la boîte en fer après avoir écouté les chants de Noël et ouvert les cadeaux. Néanmoins, une fois la veille de Noël arrivée, on profite de chaque occasion pour les consommer : pour le café, le goûter ou en les offrant dans des petits sachets cadeaux. Les bredle peuvent être dégustés de la manière dont vous le souhaitez mais les plus attachés à la tradition vous recommanderont de les accompagner d’un café ou de les manger pendant le dessert ou au goûter avec un grand verre de vin chaud (pour les adultes) ou de lait (pour les enfants et même les plus grands). Les adeptes de cette tradition préparent en général une dizaine de sortes de bredle, parfois plus.

RandalfinoCCbySA
Photo 2: Assortiments de bredle

.

Histoire :

              L’histoire de cette tradition ainsi que l’origine des recettes restent difficiles à établir. Nous pouvons supposer que les bredle sont apparus au XIVe siècle. En effet, les moules les plus anciens – utilisés à l’époque pour leur fabrication – datent de cette époque. Cependant, nous pouvons également penser qu’avant la création de ceux-ci, la pâte à gâteau était découpée au couteau afin de donner des formes simples de losanges, rectangles ou carrés aux bredle. De même, les sources n’attestent pas le fait que ces biscuits n’étaient préparés qu’au moment de Noël ou autres grandes occasions.

              Il existe cependant quelques preuves irréfutables de l’existence des bredle dès le Moyen Âge. En 1570, le magistrat de Strasbourg a interdit le marché de la Saint-Nicolas. Les ménagères ne peuvent alors plus acheter les ingrédients nécessaires à la préparation des bredle : les agrumes (oranges, mandarines et citrons) et les épices ; de violentes protestations éclatent alors. On retrouve également les bredele dans les Mémoires de la Baronne d’Oberkirch – contemporaine du XVIIIe siècle – qui raconte qu’on pouvait les acheter « sur le Christkindelsmärik de Strasbourg » (marché de l’Enfant Jésus).

              La démocratisation de cette tradition se fait au cours du XVIIIe siècle. Le début du XIXe siècle voit un essor considérable de la production de bredle ; cela s’explique par l’apparition de l’emporte-pièce.

.        

Variantes :

Il existerait actuellement autant de formes et de compositions de Bredle que de familles alsaciennes et donc un très large choix de petits gâteaux à goûter. Voici la liste des variantes de bredle les plus courantes :

  • Le anisbredela, gâteau au blanc d’œuf et à l’anis vert
  • Les Lapkueche ou Leckerli, petits pains d’épices ou petits gâteaux aux épices
  • Les Butterbredle, petits sablés au beurre
  • Les Schwowebredle, gâteaux aux amandes – aussi aux noisettes ou aux noix
  • Les Zimtsterne, étoiles à la cannelle

.

Recette de Butterbredle :

.Butterbredele, recette de famille
Photo 3: Butterbredle, recette de famille

Ingrédients :

  • 250 g de farine
  • 125 g de sucre
  • 125 g de beurre ramolli
  • 4 jaunes d’œufs

Préparation :

  • Mélangez le sucre, les œufs, le beurre mou et la farine, malaxez bien le tout et laissez reposer la pâte au frigo environ deux heures
  • Etalez la pâte et découper des formes variées à l’emporte-pièce
  • Dorez les gâteaux avec un jaune d’œuf battu
  • Faites cuire 10 minutes à 180°C (th.6) sur une plaque beurrée

Une fois cuits, laissez refroidir les sablés avant de les ranger dans une boîte en métal en attendant Noël pour pouvoir enfin les déguster. Vous pouvez néanmoins en piquer un ou deux en toute discrétion pour vous assurer qu’ils sont bons.

.

Auteure : Laurane MANDIN


.

Pour aller plus loin :

.

Sources Images :

CC by SA – Randalfino (n°1), Tom Ipri (n°2). Les autres images (photo de couverture et n°3) appartiennent à l’auteure de l’article, elles ne peuvent être reproduites sans autorisation.

             

Publicité

Une réflexion sur « BREDLE ALSACIENS »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s